Afrocyberféminismes #3
Afro Cyber Resistance, 2014, Tabita Rezaire

Afrocyberféminismes #3Full

Licornes africaines, Mami Wata, Internet et les astronautes

Dans l’ombre du start-uper apparaissent de nouvelles figures féminines qui refusent d’être les "licornes africaines" et développent une culture numérique propre.

Le continent africain et son dynamisme en matière d’innovation technologique focalise l’attention des grands groupes et des médias. Dans l’ombre du start-uper, produit de la mythologie de la Silicon Valley, apparaissent de nouvelles figures féminines qui refusent d’être les « licornes africaines » et développent une culture numérique propre.

Table ronde

  • Sinatou Saka [BEN] journaliste à RFI. Membre du collectif Idemi Africa dont l'objectif est de rendre les langues africaines plus visibles sur internet.
  • Sylviane Diop [SEN] artiste, pionnière d’Internet en Afrique de l’Ouest, fondatrice en 2004 du Gawlab, dédié à la promotion des arts numériques à Dakar. La rencontre avec Sylviane Diop se fait via le réseau depuis Dakar.
  • Fatoumata Kebe Docteure d'astronomie de l'Université Pierre et Marie Curie, Fatoumata Kebe s’est spécialisée dans l'étude de l’environnement spatial. Parmi ses thèmes de recherche ; les débris spatiaux. Afin de susciter des vocations, Fatoumata Kebe a fondé son association d'astronomie "Ephémérides" il y a bientôt 4 ans.

Performance

  • Tabita Rezaire [FR] artiste française d’origine guyano-danoise, thérapeute en « santé-tech-politix » et professeure de Kemetic/Kundalini yoga.
    En 2014, elle réalise Afro cyber resistance, une vidéo dans laquelle elle dénonce l’occidentalocentrisme d’Internet, utopie technologique devenue outil d’oppression, et appelle à décoloniser et soigner nos technologies malades. Elle présente la performance Lubricate Coil Engine - Decolonial Supplication, 2017.

In partnership with

Other events part of the « Afrocyberféminismes » cycle

Meeting
Afrocyberféminismes #5

Afrocyberféminismes #5

La race et le genre à l’épreuve du code

Les algorithmes ne sont pas neutres. La mythologie qui a longtemps consisté à présenter les technologies de l’information et de la communication comme abolissant les frontières et les différences de couleur de peau, d'origine et de genre, est fortement mise à mal par des chercheur.se.s qui mettent en évidence les biais dans le code.

  • Wednesday 13 June 2018 at 19h00
Meeting
Afrocyberféminismes #3

Afrocyberféminismes #3Full

Licornes africaines, Mami Wata, Internet et les astronautes

Dans l’ombre du start-uper apparaissent de nouvelles figures féminines qui refusent d’être les "licornes africaines" et développent une culture numérique propre.

  • Wednesday 11 April 2018 at 19h00
Meeting
Afrocyberféminismes #2

Afrocyberféminismes #2Full

Trans, cyborgs, avatars et gaming postcolonial

Questionnement sur les corps technologisés, la représentation online et dans les mondes virtuels et la réappropriation du jeu vidéo pour proposer des contre-récits ou des gameplays alternatifs.

  • Wednesday 21 March 2018 at 19h00

In the magazine on the « Afrocyberféminismes » cycle

Données fantômes : ce qui n'est pas compté et qui compte

Données fantômes : ce qui n'est pas compté et qui compte

Article

Certaines données sont collectées, d'autres sont manquantes. Qu'est-ce qui préside à ce choix ? L'artiste et chercheuse nigérienne-américaine Mimi Onuoha interroge les façons dont les individus sont catégorisés. Elle s'attache à mettre en évidence que la collecte, l'enregistrement et l'archivage des données sont liés aux questions de contrôle et de pouvoir.