Chargement en cours

 
Article (Exponaute)

Exposition: Linder. Femme/Objet

Féminisme punk, ciseaux et clafoutis

Mardi 26 mars 2013 par Magali Lesauvage Tags: graphisme, photographie
Détail. Hiding but still not knowing, 1981-2010. Photographie de Birrer. ©Linder
À l'heure où le féminisme, sous des formes diverses, semble renaître de ses cendres, l'exposition Linder. Femme/Objet au musée d'Art moderne de la ville de Paris donne un coup de projecteur sur une artiste pionnière. Analyse de la mécanique Linder.

« Les collages sont un excellent moyen de déconstruire la manière dont d'autres nous imposent leur vision du monde ». Déconstruction, le terme est juste, même si on pourrait aussi parler de construction (mentale), d'appropriation ou de détournement pour évoquer le mode opératoire principal employé par l'artiste britannique Linda Mulvey, alias Linder Sterling ou Linder. Sa pratique du collage se situe dans la droite ligne de celle des dadaïstes et des surréalistes : faire se télescoper des éléments a priori antagonistes dans une même image afin de créer de nouveaux chemins de pensée, de nouvelles voies de sens.

« Faire s'accoupler les cuisines aménagées et la pornographie »

Chez Linder, visage et corps féminins sont les principaux supports du collage, où peu de place est laissée à l'aléatoire : comme dans la publicité qui assimile la femme à un support commercial, ils sont des lieux d'usage. La fleur, en particulier, dont les pétales s'étalent tout en coloris pastel et en vaporeuses volutes, vient masquer les détails de l'intimité, tout en les mimant et en les désignant. Métaphore du sexe féminin, elle est l'objet trouvé, le hasard poétique, mais aussi, ici, un masque à l'obscénité. Un mélange d'envie et de dégoût qui prend d'autres proportions lorsque Linder, qui nomme ses photomontages des « auto-montages », remplace la fleur par une part de tarte dégoulinant de sucre, ou par un appareil ménager. Des deux piles de magazines qu'elle entasse – féminins et masculins, notamment pornographiques –, elle fait, dit-elle, « s'accoupler les cuisines aménagées et la pornographie afin de voir quelle espèce en naîtra ». Celle, en l'occurrence, d'un monde où le fer à repasser serait le prolongement naturel du corps de la femme, et où sa chair serait comestible comme n'importe quelle pâtisserie industrielle.


Troïka, 2008. Photomontage original. Collage sur page de magazine. Avec l’aimable autorisation de Maureen Paley. ©Linder
 

La récupération est également à l'œuvre lorsque, dans un concert-performance resté célèbre (voir la vidéo), Linder revêt un bustier orné de têtes et de pattes de poulet provenant des poubelles d'un restaurant chinois – nous sommes en 1982, cinq ans avant la fameuse Vanitas, robe de chair pour albinos anorexique de Jana Sterbak. Linder est alors la chanteuse et leader du groupe de punk rock Ludus, fondé en 1978. Elle n'a que vingt-huit ans, mais déjà une dizaine d'années d'activisme féministe derrière elle, fréquente les bars gays de Manchester, où elle passe son adolescence, réalise des pochettes de disque pour les Buzzcocks ou Morrissey, et compile inlassablement les images d'une féminité utilitaire. Beauté froide, Linder utilise son propre corps comme arme de dénonciation : elle colle sur son visage des bouches qui ne disent rien, et pose pour Tim Walker en singeant les poses de la ménagère en tenue légère.

De la salle à manger à la femme à manger

Chez Linder, la critique de l'oppression de la femme rejoint celle de la société de consommation : l'artiste dénonce les codes de celle-ci en assimilant femme et nourriture. De la salle à manger à la femme à manger, elle finit littéralement engloutie, dans les dernières images de l'exposition, sous des glaçages aux tons acidulés, et emprisonnée dans une boîte lumineuse, à la manière des panneaux publicitaires de l'espace urbain. Avec le temps, les montages de Linder se font plus obscènes, plus agressifs – suivant l'évolution de la pornographie et de la publicité. Le bling bling et l'outrance ont remplacé l'érotisme diffus des années 1970, les corps des femmes sont désarticulés, les gâteaux sont tout aussi irréels mais plus écœurants encore. Demeurent quelques images récentes d'une grande poésie, notamment celles réalisées à partir des photos d'un grand pornographe, Pierre Molinier, dont Linder a orné les autoportraits noir et blanc de fleurs et d'oiseaux aux vives couleurs. Hommage à la transgression du corps comme œuvre, et à la réappropriation de soi.


Vue de l’exposition Linder, Femme/Objet au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 2013. Photographe : Pierre Antoine.

En partenariat avec Exponaute

En lien direct

Série
Exponaute
Chaque mois, Exponaute nous fait un clin d'oeil et nous propose un article en exclusivité sur Gaîté Live. Lire la suite

Dans la série

Article
Portrait: Navid Nuur
Juste une idée entre le scotch et le mur
Mercredi 12 juin 2013
Le jeune artiste néerlandais Navid Nuur expose en deux lieux du Centre Pompidou – au sud aux côtés de trois autres artistes, au nord dans la Galerie des Enfants. L'occasion de découvrir un travail basé sur la participation du public et le... Lire la suite

Article
Nicolas Bourriaud : « L’École des Beaux-Arts de Paris doit être comme un moteur de recherche »
Mercredi 17 avril 2013
Nicolas Bourriaud, nouveau directeur des Beaux-Arts de Paris, une institution qui est à la fois école d'art, lieu de conservation et d'exposition, nous présente son programme entre passé et futur, à la crête du présent. Lire la suite

Article
Un Nouveau Festival sous l’emprise des signes
Mardi 26 février 2013
Nouveau Festival, saison 4. L’édition 2013 (jusqu’au 11 mars prochain) est placée sous le signe des langages inventés et du chaos des signes. Un rendez-vous du Centre Pompidou une fois encore foisonnant et exigeant, mais aussi drôle et ouvert. Lire la suite

Article
Rencontre avec Thomas Lévy-Lasne
« La peinture est un sport de vieux ! »
Mercredi 30 janvier 2013
Thomas Lévy-Lasne peint des fêtes trop faites, des scènes pornographiques en streaming, des portraits d'intimes consultant leur page Facebook ou leurs SMS, des individus sur leur lit de mort, des touristes en visite dans les musées... Rencontre... Lire la suite
Article
Louvre-Lens
L’effet Bilbao aura-t-il lieu ?
Mercredi 19 décembre 2012
Événement majeur de cette fin d'année, l'ouverture du Louvre-Lens – proposé par Jean-Jacques Aillagon, voulu par Jacques Chirac, mis en œuvre par Henri Loyrette, inauguré officiellement par François Hollande le 12 décembre. 12.12.12... Lire la suite

Article
Portrait de Fabrice Hyber
La viralité appliquée à l’art
Jeudi 22 novembre 2012
Avec quatre expos simultanées, cet automne est décidément la saison Hyber. L'artiste français chéri des 90's fait un come back remarquable, en occupant pendant plusieurs mois quatre lieux : le Palais de Tokyo, le Mac/Val, la Fondation Maeght... Lire la suite

Article
Centre Pompidou virtuel, un iceberg culturel ?
Soyez le guide
Mercredi 17 octobre 2012
Le Centre Pompidou, tout le monde (ou presque) le connaît, l'a vu ou visité. Le lieu se double désormais d'un « Centre Pompidou virtuel », un site web conçu comme un centre de ressources aux potentialités inédites. Magali Lesauvage en... Lire la suite

Article
Monument aux chômeurs inconnus
« L'Utopie d'August Sander » de Mohamed Bourouissa
Mercredi 19 septembre 2012
Dans l'Utopie d'August Sander, Mohamed Bourouissa rend hommage aux chômeurs inconnus. Rencontre avec l'artiste à l'École municipale des beaux-arts / galerie Édouard Manet de Gennevilliers, où il présente son projet en forme d'anti-monument. Lire la suite

Article
Les Frères Chapuisat
Aventuriers de l'intérieur
Mardi 31 juillet 2012
Présentée jusqu'au 2 septembre au LiFE de Saint-Nazaire, l'installation monumentale des Frères Chapuisat « Métamorphose d'impact #2 » donne l'occasion à Magali le Sauvage d'interroger l'aîné, Grégory, sur leur façon... Lire la suite

Article
Adrien Missika
Aller-retour vers le futur
Mardi 10 juillet 2012
Lauréat du Prix de la Fondation d'entreprise Ricard 2011, le jeune artiste présente son film « Dome » au Centre Pompidou pendant tout l'été. Une œuvre méditative sur la forme et le souvenir, l'expérience et le ressenti. Lire la suite
Article
Cape Farewell, quand les artistes partent au nord
Mardi 12 juin 2012
L'Espace Fondation EDF, à Paris, réunit cinq projets artistiques réalisés avec la collaboration de scientifiques. Organisée par David Buckland, fondateur de Cape Farewell, l'expo Carbon 12 est l'occasion d'évoquer les expéditions... Lire la suite

Article
Michel Blazy aux Bernardins
« Assister la fragilité pour qu'elle existe »
Mercredi 16 mai 2012
Michel Blazy, que l'on connaît pour ses murs de purée de carotte ou ses plateaux d'écorces d'oranges empilées, est l'invité du Collège des Bernardins. Installé dans l'ancienne sacristie, « Bouquet final » est réalisé... Lire la suite

Article
Damien Marchal, le son à l’œuvre
Mardi 10 avril 2012
Dans les installations de Damien Marchal, le son est une déflagration : un évenement volontaire, créateur et destructeur qui fait exploser les systèmes relationnels pour mieux les entendre. Découverte et décryptage en partenariat avec Exponaute. Lire la suite

Article
Akatre, trois graphistes hors-format
Mercredi 28 mars 2012
Pour ce premier article de notre partenariat avec Exponaute, Magali Lesauvage nous présente Akatre, un trio de designers graphiques qui font des formes avec du papier, de la peinture, des écorces d'orange, des balles de ping-pong, des gants en... Lire la suite

Rebonds

Rendez-vous
Mardi 13 Mai 2014
Rencontre
Mercredi 30 Avril 2014
Sélection Centre de ressources
Mardi 15 Avril 2014
Conférence
Mercredi 2 Avril 2014