Chargement en cours

 

Stephen Malkmus & the Jicks + Michael Hurley & friends...

Carte Blanche à Stephen Malkmus

Mardi 24 avril 2012 / Grande salle


Tags : indie, folk, rock, musique

Mardi 24 Avril (19:30)

Tarif : 20€ (plein tarif) / 16€ (adhérent)

Visuel : Crash America
Partez à la découverte de Portland, pour une première soirée en compagnie de deux figures emblématiques de la vie musicale de la ville.


Première soirée sous le double signe de la virtuosité et de la fantaisie, avec deux figures majeures de la vie musicale de Portland : l’ancien leader des grunge-lo-fi Pavement, Stephen Malkmus, et le vieux troubadour folk Michael Hurley.

Stephen Malkmus JIX Mirror Traffic / Credit Leah Nash

Stephen Malkmus & The Jicks

Leader slacker du groupe Pavement dans les années 1990, Stephen Malkmus a marqué l’indie-rock américain avec ses doigts d’or (il a appris la guitare en reprenant Jimi Hendrix), ses chemises de bucheron (on appelait ça le grunge) et ses mélodies équilibristes (c’est un ancien skateur).
Entre saturation (Nirvana, Sonic Youth) et décontraction (Beck, Beastie Boys), des débuts lo-fi (sur 4 ou 8 pistes) à la fin mainstream (un ultime album produit par Nigel Godrich, le producteur de Radiohead), Pavement fut un joli pavé dans la mare à larsens, par l’apport de mélodies légères et un évident manque de sérieux. Malkmus n’a pas chômé depuis, poursuivant une carrière solo haute en soli de guitares avec ses potes The Jicks, tenant son chant en falsetto et un jeu de manche des plus élégants, à 46 ans bien tassés. Son dernier album, Mirror Traffic, produit par Beck, est le plus pavementé du lot, psychédélique, déconstruit, virtuose. Ça va jammer.

Rebecca Gate/ Photocredit Matt Kim

Rebecca Gate & the Consortium

Rebecca Gates (guitare et chant) et Scott Plouf (batterie) constituèrent le duo pop minimaliste de Portland The Spinanes (Sub Pop) en 1991. Depuis que Plouf est parti rejoindre Built To Spill en 1998, Gates continue une jolie carrière à Portland, posant sa voix mate et douce derrière celles de musiciens amis (Elliott Smith, The Decemberists, Willie Nelson), sortant des albums solo délicatement post-rock, un peu electronica, chaleureusement gorgés de glockenspiel, marimbas et wurlitzer (John McEntire de Tortoise a produit son récent Ruby Series, chez Madman), ou jouant en supergroupe sous le moniker The Consortium, avec des membres de The Jicks, Quasi, Wild Flag, The Decemberists, Loch Lomond…
Rebecca Gates est aussi plasticienne, curatrice d’expositions (de « sonic land art ») et éditrice de l’audiomagazine Sonoset.
Une des plus belles voix du rock américain, et une belle oreille aussi.

Michael Hurley

Michael Hurley

Bien que méconnu par chez nous, Michael Hurley est une figure importante du folk américain. Né en 1941, il a quitté le foyer familial à 17 ans pour partir on the road avec les beatniks, jusqu’à New-York et Greenwich Village pile au pic de la vague folk (Bob Dylan, Joan Baez).
Bohème et anticonformiste, le chanteur-guitariste-pianiste-violoniste à la voix aussi singulière que Dylan, a sorti une bonne vingtaine d’albums depuis son premier First Songs (en 1965, sur le label Folkways), dont il dessine aussi les pochettes, dans un style psychédélique et enfantin, entre Robert Crumb et Gilbert Shelton. Ses balades free-folk lancinantes et passablement imbibées se nourrissent avec candeur et humour de ce bestiaire cartoonesque (comme son morceau-étendard, The Werewolf Song).
Si vous aimez les outsiders, le vieil hobo de Portland est un artiste culte (pour Cat Power, Calexico, Yo La Tengo,Devendra Banhart), donc obscur, qu’il est grand temps de voir gesticuler en pleine lumière.

Street Nights

street nights

Anciennement connus à Portland sous le moniker Nightmoves, le mystérieux quatuor nouveau-né Street Nights a été créé par Jake Morris, batteur de The Jicks, le backing-band de Stephen Malkmus.
« Des années de discussions ont menés à la formation de Street Nights. Les idées sont devenues des emails. Les emails sont devenus des jams. Les jams sont devenus des chansons. Les chansons sont devenues des enregistrements. Concerts et bon temps s’ensuivirent. Rejoignez-nous, voulez-vous ? »
Ok alors.

Contenu lié

Ville-invitée
Keep Portland Weird
Du 24 au 29 avr 2012
Portland, berceau de la musique underground américaine, envahit Paris, Metz et Nantes pour un voyage de 10 jours entre préoccupation environnementale et révolte Indé Lire la suite
Terminé

Fait partie de

Ville-invitée
Keep Portland Weird
Du 24 au 29 avr 2012
Portland, berceau de la musique underground américaine, envahit Paris, Metz et Nantes pour un voyage de 10 jours entre préoccupation environnementale et révolte Indé Lire la suite
Terminé

Rebonds

Concert
Mercredi 5 Novembre 2014
Concert
Mardi 8 Juillet 2014
Concert
Mercredi 2 Juillet 2014
Boum
Dimanche 29 Juin 2014